Une géochimiste en mission aux îles Kerguélen


 AHLeGall    29/03/2018 : 08:38

emilie_jarde_kerguelen2.jpg

Retour sur la campagne d'été du projet TALISKER

Emilie Jardé (Géosciences Rennes / OSUR) revient d'un séjour de presque trois mois passé sur les îles Kerguélen, territoitres français subantarctiques. Cette campagne d’été 2017-2018 (du 5 décembre 2017 au 26 février 2018) fait partie du projet IPEV 1077 – TALISKER (Chemical Transfer accross the lithosphere of Kerguelen : from the mantle to the ocean).


Les travaux de recherche dans le cadre du programme TALISKER pendant la campagne 2017-2018 visaient plusieurs objectifs scientifiques :

  1. l’étude des systèmes hydrothermaux actifs
  2. l’étude de la mise en place des complexes intrusifs et paléo-circulations de fluides associés
  3. l’étude du transfert de matière terre-mer.

Ce programme contribue à la vocation de l’IPEV (Institut Polaire Français Paul-Emile Victor) de mettre en valeur les régions australes et de favoriser la sensibilisation du public aux problématiques propres à cette région en particulier, car ces îles volcaniques sont des laboratoires naturels exceptionnels pour la compréhension des changements climatiques globaux.

Ont participé à cette campagne : Guillaume Delpech (GEOPS, Géosciences Paris Sud), Emilie Jardé (UMR6118, Géosciences Rennes, Rennes), Damien Guillaume (responsable du programme, LMV@UJM, UMR6524, Université Jean Monnet) et Marc Le Romancer (UMR 6197, Laboratoire de Microbiologie des Environnements Extrêmes, IUEM).


L’archipel des Kerguelen (superficie 7215 km², un des cinq districts des terres australes et antarctiques françaises) est une des rares terres émergées de l'hémisphère Sud, nous y étudions les transferts de matière vers l'océan ; matière minérale et matière organique. C’est spécifiquement pour l’étude de la matière organique que je suis partie en campagne d’été cet hiver. Les transferts de matière apportent les nutriments qui sont ensuite à l'origine des chaines alimentaires dans les océans. Identifier et quantifier ces transferts permet de contraindre les flux globaux entre les réservoirs terrestres. Pour cette partie du programme cette année, l'objectif était d'échantillonner les rivières et lacs des bassins versants déjà étudiés au moins une fois lors des campagnes précédentes afin de quantifier l'apport côtier et d'identifier la variabilité et/ou l'évolution à court terme de ces apports, également de caractériser les systèmes terrestres et leur diversité. Ce travail a été fait sur Rallier du Baty sur les rivières de la vallée de Larmor, de la vallée de la Plage Jaune, du Mont du Commandant, de la rivière Milady et de la Vallée de la Mouche, et sur le Plateau Central sur les rivières ayant leur déversoir au niveau de la base d'Armor (Lac d'Armor et système des lacs d'Enfer, d'Argoat et du Volcan du Diable) et sur la rivière la Grisanche. Pour cela, des mesures physiques et des prélèvements de sols et dans les rivières et les lacs ont été réalisés cette année. La préparation des échantillons a été réalisée sur les sites de prélèvements ou à la base scientifique de Port-aux-Français, les analyses chimiques seront effectuées au retour dans les laboratoires en métropole.

Une mission vers les Kerguelen commence d’abord par le voyage et différents mode de transport. Pour moi, depuis Rennes, ce fût : train, avion, bateau, hélicoptère, bateau, chaland, zodiac, bateau, avion, train…
Pour le voyage aller : départ de Rennes en train, embarquement à Paris en avion pour Saint Denis de la Réunion puis embarquement sur le Marion Dufresnes le 6 décembre pour une arrivée le 15 décembre. Au retour, embarquement le 14 février sur la Curieuse pour une arrivée le 25 février à Saint Denis de la Réunion, avion vers Paris puis train vers Rennes.

Le débarquement se fait à la base scientifique des Kerguelen (Port-aux-Français dans le Golfe du Morbihan) installée sur la partie Est de l’île.
Pour partir sur le terrain, nous prenons la Curieuse, direction l’Ouest et la Péninsule de Rallier du Baty où nous sommes restés pendant 5 semaines. Dans cette région, par d’infrastructure permanente (nous sommes à une journée en bateau de la base), l’IPEV a installé deux cabanes sur deux sites (Deux Frères et la Mouche) à l’extrême sud-ouest de l’île sur la Péninsule. La péninsule de Rallier du Baty est bordée de glaciers et nous parcourons à pied les vastes vallées glaciaires au milieu desquelles nous prélevons les eaux de rivières contrastées (glaciaires et boueuses ou limpides), les sols et les roches.  

Le retour à la base scientifique (Port-aux-Français) se fait en Curieuse pour commencer le traitement des échantillons. Ensuite mission d’une semaine sur le plateau central de l’archipel pour continuer les prélèvements d’eau de rivières et de sols. Retour quelques jours à la base pour finaliser la préparation des échantillons, préparer le colisage des échantillons qui seront renvoyés par bateau en métropole, puis c’est le départ des Kerguelen en Curieuse vers la Réunion et avion jusqu’en métropole avec des souvenirs plein la tête et des images plein les yeux. Sur cet archipel en plus des paysages exceptionnels, il y a une faune et une flore bien différente de celle de la Bretagne : manchots, éléphant de mer, otarie, azorelle, chou de Kerguelen…


Carte Kerguelen

Marion Dufresne Curieuse
Marion Dufresnes (à gauche, 120 m de long) et La Curieuse (à droite, 25 m de long)


Campement Kerguelen
Campement des Deux Frères (à gauche) et de la Mouche (à droite)


Prelevement Eau Kerguelen
Prélèvement d’eau dans la rivière de la Vallée de la Plage Jaune (22 décembre 2017) – Péninsule de Rallier du Baty (Kerguelen)


Prelevement Eau Kerguelen2
Prélèvement d’eau dans la rivière de la Grisanche (04 février 2018) – Plateau Central


Manchots Kerguelen
Manchots papous (en haut à gauche) et royaux (en bas à gauche et à droite)


Otarie Kerguelen
Otarie


Elephants De Mer Kerguelen
Eléphants de mer


Equipe Kerguelen
La fine équipe devant le lac du Glacier de Plan Praz (01/01/2018) – Péninsule de Rallier du Baty (Kerguelen)


Mission Kerguelen



Paysage Lac Kerguelen
Entre paysage humide et paysage... aride

Vallee Kerguelen


Emilie Jarde Kerguelen



>>> En savoir sur projet IPEV 1077 – TALISKER (Chemical Transfer accross the lithosphere of Kerguelen : from the mantle to the ocean)


Contact OSUR
Emilie Jardé (Géosciences Rennes) / @
Alain-Hervé Le Gall (multiCOM OSUR) / @


ODD13 / ODD14 / ODD15