Agriculture durable : vers une agriculture écologiquement intensive ?

Marie Duhamel et Philippe Vandenkoornhuyse, tous deux du laboratoire ECOBIO de l'OSUR, sont co-auteurs d’un article publié en novembre 2013 dans la revue Trends in Plant Science * L'article s'intitule 'Sustainable agriculture: possible trajectories from mutualistic symbiosis and plant neodomestication'. Présentation : La demande alimentaire va augmenter de façon concomitante avec l'accroissement de la population humaine (probablement avec un pic de 10 milliards d'individus en 2100). Comment dès lors concilier les objectifs de productions agricoles et la préservation des milieux, qui semblent a priori contradictoires ? Autrement dit, le challenge est celui d'une production alimentaire qui doit être à la fois suffisamment élevée et avoir un impact minimal sur la qualité de l'environnement. Cette équation ne peut être résolue avec les stratégies actuelles de l'agriculture conventionnelle qui ont potentiellement entraîné une perte de la capacité des cultures à contrôler la prolifération des mauvais mutualistes par rapport aux bons. Comment soutenir une agriculture productiviste (intensive) mais respectueuse ? Précisément, des découvertes récentes montrent que de nouvelles trajectoires en agriculture ayant pour objectif l'amélioration de la productivité des plantes sont possibles. Ces nouvelles pratiques suggèrent de prendre en compte le compartiment "sol" (où le sol n'est pas uniquement considéré comme un support) et plus spécifiquement l'évolution de la stratégie mutualiste (ou symbiose mutualiste) entre plantes et micro-organismes racinaires. Concrètement, les auteurs proposent que les semenciers intègrent dans leurs pratiques les vertus de la symbiose mycorhizienne arbusculaire (pour développer la biodiversité, et donc la richesse des sols), dans le cadre d'un agriculture écologiquement intensive mais durable, donc innovante. Cette nouvelle approche, encore appelée agroécologie, est une vraie chance de renouveau pour une révolution verte ! * Référence : Sustainable agriculture: possible trajectories from mutualistic symbiosis and plant neodomestication Duhamel, Marie; Vandenkoornhuyse, Philippe Trends in plant science doi:10.1016/j.tplants.2013.08.010 (volume 18 issue 11 pp.597 - 600) 10.1016/j.tplants.2013.08.010 >>> Lire l'article en ligne - autre lien possible
>>> Voir aussi le site dédié au projet ANR "ECS" (Evolution of Cooperation behaviour of plants-Symbionts) >>> Lire également l'article intitulé "Du nouveau dans la connaissance de la symbiose" à propos de l'article publié en 2011 par Philippe Vandenkoornhuyse et Marie Duhamel dans la revue Science 'Reciprocal Rewards Stabilize Cooperation in the Mycorrhizal Symbiosis' Contacts OSUR (ECOBIO) : Marie Duhamel - Philippe Vandenkoornuyse
Figure. Hyphal network of arbuscular mycorrhiza. This dense network propagated from the plant roots explores a high volume of soil and captures mineral nutrients and water, which are transferred to the roots to the benefit of the host–plant. In return the host–plant provides photosynthesized sugars and polyosides to sustain the mutualistic fungal compartment.