Centre Commun Analytique - CCA - Les projets



L’ambition du CCA pour le prochain quadriennal est d’optimiser la ressource analytique globale de l’OSUR afin de répondre le plus efficacement possible aux trois missions de Recherche, d’Observation et de Formation de l’OSUR. A ces fins, les projets sont focalisés sur des compléments d’investissement nécessaires au développement de la plateforme ‘Génomique environnementale’, concernant un pyroséquenceur pour travailler sur de petites quantités d’ADN et l’achat de dispositifs d’automatisation du système d’amplification. La plateforme de datation CONDATE verra son panel de méthodologies considérablement augmenté avec les acquisitions d’un spectromètre gaz rares (2012) et d’une MC-ICPMS (2013) via des investissements financés par le CPER en cours. Afin de garantir la pérennité du parc analytique requis par l’analyse biogéochimique senso lato des matériaux environnementaux (eaux, sols, végétaux, micro- et macro-faune, matériaux biogéniques) la jouvence et le renouvellement d’un certain nombre d’instruments devront être assurés, notamment ceux permettant les suivis menés dans le cadre des tâches d’observation. Par ailleurs, la caractérisation moléculaire (et isotopique) de la matière organique qu’il s’agisse de petites ou de macromolécules organiques, à visée de projets de recherche soit, écotoxicologiques soit, archéologiques soit, biogéochimiques, requiert pour compléter les instruments disponibles et l’expertise associée dans les unités Géosciences Rennes, Ecobio, INRA (UMR SENAH, via une convention liant l’INRA et l’OSUR) et CReAAH, notamment pour les macromolécules organiques, l’achat d’une LC-MS-TOF. Indépendamment des instruments et équipements ci-dessus détaillés, l’OSUR doit se doter d’une structure mutualisée de préparation d’échantillons. Cette dernière est indispensable pour réaliser les demandes non conventionnelles inhérentes à certains projets requérant des conditions de propreté et de minutie plus importantes (préparation d’échantillons pour l’analyse par nanoSIMS, par exemple). A ce titre, il serait préjudiciable que des moyens ne puissent être octroyés dans un futur relativement proche, afin de ne pas pénaliser certains projets de l’OSUR particulièrement novateurs nécessitant une qualité optimale de préparation avant analyse d’images ou biogéochimiques. Qu’elles que soient les opérations instrumentales analytiques ciblées, la finalité sera de tendre vers une optimisation du ‘système analytique’ OSUR dont le cœur sera la mutualisation de l’efficacité et de l’expertise analytique.