Palmarès national du Prix de Géographie 2019-2020


 AHLeGall    25/01/2021 : 09:47

AMOPA_Gaelle_Seach.jpg

2e Prix pour Gaëlle Seac’h, étudiante en L3 "Géographie et Aménagement" (Univ Rennes 2)

L’AMOPA (Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques) organise tous les ans des concours avec des remises de prix. Lors de l’année 2019-2020, c’est une étudiante en troisième année de licence Géographie à l’université Rennes 2 (licence 3 de Géographie et Aménagement, parcours Environnement) qui a obtenu le deuxième Prix de Géographie « Jean Sarramea et Alice Griotier », Gaëlle Séac’h, avec le soutien d’Anne-Julia Rollet, maîtresse de conférences à l’université de Rennes 2 (LETG-Rennes).

 

Après l’obtention d’un DUT HSE (Hygiène, Sécurité et Environnement) à l’IUT de Lorient, Gaëlle s’oriente vers une licence de géographie. C’est au début de sa L2 universitaire qu’elle reçoit un mail sur le prix AMOPA d’histoire et de géographie. L’un des sujets proposés l’attire alors tout particulièrement : « une étude de volcanologie prenant en compte les espaces humanisés et les risques ».

Gaëlle Séac’h débute alors des recherches sur le Nyiragongo, un volcan peu connu et pourtant si particulier. Le Nyiragongo est un volcan se situant dans les montagnes des Virunga dans le rift est-africain à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Il possède le plus grand lac de lave quasi-permanent au monde avec un cratère de 1200 mètres de diamètre et de 800 mètres de profondeur. De plus, sa lave est extrêmement fluide et s’écoule par des fissures des pentes du volcan à une vitesse de plus de 60 km/h.

L’étude porte sur les risques liés au Nyiragongo, mais elle s’intéresse également à l’organisation des populations face à ces risques. En effet, Goma, la ville la plus proche du Nyiragongo avec plus de 3,5 millions d’habitants, se trouve à 18 kilomètres du volcan. Et malgré les récentes éruptions du volcan de janvier 1977 et janvier 2002, il n’est pas la principale préoccupation de la ville qui connait de fréquents combats socio-politiques et sécuritaires. De plus, des réactions en chaîne sont à craindre en cas d’éruption car le lac Kivu, au bord duquel se trouve la ville de Goma, comprend une très grande quantité de gaz carboniques (CH4 et CO2) retenus dans ces profondeurs. Il pourrait se produire une catastrophe similaire à celle du lac Nyos où plus de 1700 personnes et 3500 animaux sont décédés en une nuit suite à une perturbation, comme effondrement partiel du cratère ou une pluie froide, qui a conduit à un dégazage du lac. Le lac Kivu est surveillé, et des mesures de sécurité et de prévention ont commencé à voir le jour concernant le lac et le volcan.

La réalisation de ce projet a permis à Gaëlle d’en savoir plus sur ce volcan et de la conforter dans sa volonté de trouver plus tard un débouché professionnel portant sur la gestion de l’environnement. Convaincue de l’intérêt de coupler les sciences naturelles, les sciences sociales et approches territoriales, elle souhaiterait ainsi intégrer l’année prochaine un master de Géographie de l’Environnement tel que le master GAED (Géographie, Aménagement, Environnement et Développement), le master SIGAT (Système d’Information Géographique et Analyse des Territoires) de l’université de Rennes 2 ou encore le master GCRN (Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels) de l’université Paul Valéry de Montpellier.




>>> La Licence de Géographie à l'université de Rennes 2 >>>




Nyiragongo
Source wikipedia : Une vue aérienne de l’imposant volcan du Mont Nyiaragongo (MONUSCO / Neil Wetmore)




Contact OSUR
Gaëlle Seac’h (L3 Géographie et Aménagement", Université Rennes 2) / @
Alain-Hervé Le Gall (OSUR multiCOM) / @








Cet article est de OSUR
https://osur.univ-rennes1.fr/news/amopa-palmares-national-du-prix-de-geographie-2019-2020-gaelle-seach.html